Gerhard von Wrisberg (1898-1986): Officier supérieur allemand

Gerhard von Wrisberg (1898-1986) était un officier supérieur allemand durant la Seconde Guerre mondiale. Commandant le 126e régiment d’artillerie sur le front russe, il a reçu la Croix allemande en or, en novembre 1942.

Biographie

Gerhard von Wrisberg naît le 08 juin 1898 à Metz, une ville de garnison animée du Reichsland Elsaß-Lothringen. Avec sa ceinture fortifiée, Metz est alors la première place forte du Reich allemand. Le jeune Gerhard se tourne naturellement vers le métier des armes. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, en 1939, le Major Gerhard von Wrisberg commande le 2e bataillon du 34e Artillerie-Regiment stationné à Trèves. Wrisberg est promu Oberstleutnant, lieutenant-colonel, le 1er avril 1940. Lors de la Bataille de France, Wrisberg est affecté au 11e Artillerie-Regiment. Commandant un détachement à l’avant-garde de la 11e division d’infanterie, le lieutenant-colonel Wrisberg prend Le Mans et Angers sans encombre. Entre le 15 et le 22 juin 1940, son détachement essuie en revanche de lourdes pertes sur la Loire.

Wrisberg prend le commandement du 126e Artillerie-Regiment à Sennelager, le 15 octobre 1940. Il conservera ce commandement jusqu’en avril 19436. Lors de l’opération Barbarossa, en juin 1941, son régiment est envoyé sur le front russe. Il se bat dans le secteur de Volkhov, puis dans celui de Novgorod. À ce poste, Gerhard von Wrisberg est promu Oberst, colonel, le 1er avril 1942. Il reçoit la Deutsches Kreuz, la croix allemande en or, pour sa bravoure au combat le 24 novembre 19428. De juin à octobre 1943, le colonel Wrisberg sert dans une unité du Groupe d’armées B. De juillet à août 1944, il est affecté à la Feldkommandantur 1041, dans les Balkans. Avec l’avancée des troupes américaines, le colonel Wrisberg termine la guerre comme prisonnier de guerre.

Gerhard von Wrisberg décéda le 8 avril 1986 à Breuna, près de Kassel, dans la Hesse.

***

Gerhard von Wrisberg est un officier allemand, représentatif du cercle des officiers disparus de Metz.

A propos Erasmus

L'auteur est un patriote européen, attaché à la démocratie. Il condamne tous les extrémismes, qu'ils soient religieux ou politiques.
Cet article, publié dans Allemagne, armée, Europe, Metz, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.