Henri Paixhans (1783-1854) : général français

Henri-Joseph Paixhans (1783 à Metz -1854 à Jouy-aux-Arches) est un général français de la Monarchie de Juillet. Officier d’artillerie sous le Premier Empire, Paixhans est connu pour avoir conçu un obusier pouvant tirer des munitions explosives. Il fut en outre député de la Moselle, de 1832 à 1846.

Biographie

Henri-Joseph Paixhans naît à Metz le 22 janvier 1783. Polytechnicien, il prend part aux guerres de l’Empire, participant à plusieurs campagnes militaires. Il participe notamment, en 1805, à la campagne d’Autriche. En 1806, Paixhans prend part à la campagne de Prusse. L’année suivante, il est envoyé avec son unité en Pologne. A Friedland, il reçoit la Légion d’honneur. En 1812, Paixhans prend part à la campagne de Russie. L’année suivante, il fait la campagne d’Allemagne. Après Waterloo, en 1815, Paixhans est mis en disponibilité.

Connu grâce à ses travaux sur l’artillerie de marine, l’ancien officier est réintégré dans l’armée en 1825. Henri Paixhans est promu au grade de colonel en 1830. Élu député de la Moselle en 1832, il sera réélu jusqu’en 1846. Poursuivant sa carrière militaire, le colonel Paixhans est promu maréchal de camp, général de brigade, le 16 novembre 1840. Le général Paixhans est finalement promu lieutenant-général, le 12 janvier 1845. Henri Paixhans quitte le service actif le 8 juin 1848.

Henri-Joseph Paixhans décédera le 22 août 1854, à Jouy-aux-Arches, en Moselle.

Ses travaux

En 1823, Paixhans invente le concept des canons-obusiers . Il s’agit de canons destinés à remplacer les caronades, tirant des obus explosifs. L’idée de Paixhans est de tirer des projectiles explosifs en trajectoire tendue. Son projet est présenté au ministre de la Marine le 11 juillet 1822 et 2 prototypes sont aussitôt commandés. Deux séries d’essais ont lieu en janvier et septembre-octobre 1824. Ces essais montrent les effets dévastateurs des projectiles explosifs contre les navires à coque en bois.

À partir de 1827, on commence à fabriquer des canons à la Paixhans pour la marine royale. La conséquence de l’apparition de ces canons sera l’abandon rapide des navires à coque en bois et l’avènement de la marine à coque en fer. La première application au combat de cette nouvelle artillerie sera le fait des russes à la bataille de Sinope, en 1853. Paixhans est aussi à l’origine du mortier monstre, envoyant des bombes de 500 kg, un engin utilisé en 1832 au siège d’Anvers. Henri-Joseph Paixhans est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages théoriques, où il expose ses conceptions novatrices, en matière d’artillerie, pour la marine de guerre.

Sources

  • E. Taillemite, Henri-Joseph Paixhans et sa nouvelle force maritime, Institut de stratégie comparée.

***

Henri Paixhans est un officier français, représentatif du cercle des officiers disparus de Metz.

A propos Erasmus

L'auteur est un patriote européen, attaché à la démocratie. Il condamne tous les extrémismes, qu'ils soient religieux ou politiques.
Cet article, publié dans armée, Europe, France, Metz, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.