Hans von Salmuth (1888-1962) : Général d’armée allemand

Hans Eberhard Kurt von Salmuth (né à Metz le 11 novembre 1888 – décédé à Heidelberg le 1er janvier 1962) était un général d’armée allemand ( Generaloberst ) pendant la Seconde Guerre mondiale.
Le Général von Salmuth a commandé plusieurs armées différentes, sur le Front de l’Est, mais aussi sur le Front Ouest, son dernier commandement a été la quinzième armée en France, pendant le débarquement des Alliés en Normandie.

Biographie

Première guerre mondiale

Né à Metz, en Alsace-Lorraine, dans une famille de militaires prussiens, il s’engage dans l’armée allemande le 19 septembre 1907. Il sert durant toute la Première Guerre mondiale. À la fin de la guerre, il atteint le grade de Hauptmann (capitaine).

Après 1918, il reste dans l’armée. Il est promu colonel le 1er mai 1934 et sert comme chef d’état-major de Corps de 1934 à 1937. Le 1er août 1937, il est promu Generalmajor (général de brigade) dans la Wehrmacht . Il devient chef d’unité, affecté au 1er groupe de commandement de l’Armée de terre. En 1938, il est affecté comme chef d’état-major à la deuxième armée. Il est promu au grade de Generalleutnant (général de division) le 1er août 1939.

Seconde guerre mondiale

En 1939, il est nommé chef d’état-major du groupe d’armées Nord, commandée par le général Fedor von Bock, et participe avec succès à l’opération « Fall Weiss », correspondant à l’invasion de la Pologne. Von Salmuth est nommé chef d’état-major du général von Bock lorsque ce dernier reçoit le commandement du groupe d’armées B de l’Armée de terre, pour l’opération « Fall Gelb », c’est-à-dire l’invasion de la Belgique et de la France, en mai 1940. Après la débâcle et l’armistice du 22 juin 1940, von Salmuth reçoit la Croix de chevalier de la Croix de fer le 19 juillet 1940. Le 1er août 1940, il est promu General der Infanterie, soit général de corps d’armée dans l’infanterie.

En 1941, von Salmuth est envoyé sur le front Est avec le XXXe Corps de l’armée allemande. Il participe à l’opération Barbarossa et sert en Crimée. Le XXXe Corps de von Salmuth prend part avec succès à la bataille de Sébastopol. En 1942, il nommé commandant de la dix-septième armée (20 avril 1942 au 1er juin 1942). Pour un court laps de temps, du 6 juin 1942 au 15 juillet  1942, on lui confie le commandement de la quatrième armée, en remplacement de l’ancien commandant, Gotthard Heinrici. À la mi-juillet 1942, il est nommé commandant de la deuxième armée de terre.

En janvier 1943, Von Salmuth est promu Generaloberst (général d’armée), grade allemand le plus élevé de la Seconde Guerre mondiale après celui de Generalfeldmarschall. Le 3 février 1943, il remet le commandement de la deuxième armée au général Walter Weiss et prend de nouveau le commandement de l’Armée de terre jusqu’en juillet 1943. Le Général von Salmuth est de nouveau envoyé sur le Front Est, avant d’être nommé, en août 1943, commandant de la quinzième armée. La quinzième armée est alors stationnée sur une zone allant des Pays-Bas, à la limite de la Normandie, avec la zone critique du Pas-de-Calais. Son bunker de commandement est devenu le musée du 5 juin 1944, là où a été entendu le message Verlaine annonçant le débarquement, à Tourcoing. Adolf Hitler, qui s’attendait à un débarquement dans le Pas-de-Calais, confie 17 divisions à von Salmuth, ce qui représente le plus fort contingent allemand du front occidental. Le matin du 6 juin 1944, Jour J du débarquement, von Salmuth écrit dans son journal qu’il ne croit pas à un véritable débarquement en Normandie, mais à une diversion des Alliés.

Von Salmuth est relevé de son commandement par Hitler à la fin du mois d’août 1944, peu après la désintégration des premières lignes de l’armée allemande en Normandie. Il est remplacé par le général Gustav-Adolf von Zangen. Von Salmuth sera privé de commandement jusqu’à la fin de la guerre. Après la guerre, von Salmuth fut détenu comme prisonnier de guerre jusqu’en 1948, date à laquelle il a été jugé coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Condamné à vingt ans de prison, il fut libéré en 1953 et mourut à Heidelberg, en Allemagne de l’Ouest, en 1962.

Distinctions

Eisernes Kreuz (1914) IIe et Ière classe
Bayerischer Militärverdienstorden IVe classe avec glaives
Friedrich-Kreuz
Österreichisches Militärverdienstkreuz IIIe classe avec décoration de guerre
Ehrenkreuz für Frontkämpfer
Wehrmacht-Dienstauszeichnung, IVe, IIIe, IIe et Ière classe
Spange zum Eisernen Kreuz, IIe et Ière classe
Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes, le 19 juillet 1940

Etats des services

  • Oberst – (Colonel) – 1er mai 1934
  • Generalmajor – (Général de brigade) – 1er août 1937
  • Generalleutnant – (Général de division) – 1er août 1939
  • General der Infanterie – (Général de corps d’armée) – 1er août 1940
  • Generaloberst – (Général d’armée) – 1er Janvier 1943

Commandements

  • Chef d’unité, IIe Corps – 1934 – 1937
  • Chef d’unité, 1ère Armée Groupe Commandement – 1937 – 1939
  • Chef d’unité, Armée Groupe Nord – 1939
  • Chef d’unité, Armée Groupe B – 1939 – 1941

Commandements

  • XXXe Corps – 10 mai 1941 – 27 décembre 1941
  • XVIIe Armée – 20 avril 1942 – 1èr juin 1942
  • IVe Armée – 6 juin 1942 – 15 juillet 1942
  • IIe Armée – 15 juillet 1942 – 3 février 1943
  • IVe Armée – juin 1943 – 31 Juillet 1943
  • XVe Armée – 1er août 1943 – 25 août 1944.

Sources

  • Fellgiebel, Walther-Peer: Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Podzun-Pallas, Friedburg, 2000.

***

Hans von Salmuth est un officier allemand, représentatif du cercle des officiers disparus de Metz.

A propos Erasmus

L'auteur est un patriote européen, attaché à la démocratie. Il condamne tous les extrémismes, qu'ils soient religieux ou politiques.
Cet article, publié dans Allemagne, armée, Europe, Metz, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.