Edgar Feuchtinger (1894-1960) : Général de division allemand

Edgar Feuchtinger, (né à Metz le 9 novembre 1894 ; décédé le 21 janvier 1960) était un général de division dans l’armée allemande (Generalleutnant), pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie

Première guerre mondiale

Feuchtinger rejoint en 1907 une école de cadets, à Karlsruhe. Il se distingue rapidement par ses capacités militaires. Pendant la Première Guerre mondiale, il combat en Russie et en France, où il participe notamment à la bataille de Verdun, à la bataille de la Somme et à la bataille de l’Aisne.

Après guerre, il poursuit sa carrière dans l’armée allemande. Il gravit un à un tous les échelons hiérarchiques. Le 1er août 1938, il est promu au grade de lieutenant-colonel. Il est nommé commandant du 227ème régiment d’artillerie, le 26 août 1939 à la veille de la seconde guerre mondiale.

Seconde guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il participe à l’invasion de la France. Il stationne dans le sud de la France avec la 21e division blindée jusqu’en 1943. Le 7 avril 1943, il reçoit le commandement de la 931e Brigade d’artillerie motorisée. Dans les mois suivants, il commande différentes unités et forme une nouvelle division blindée n° 21 (la première Panzer-Division 21 a été capturée en Afrique du Nord). Sa promotion au grade de général de brigade (Generalmajor), commandant de la 21e Panzer Division, est effective le 1er août 1943.

Il participe ensuite à la défense de la Normandie, après le débarquement du 6 juin 1944. Contrairement au général von Salmuth, Feuchtinger comprend très vite qu’il ne s’agit pas d’une manœuvre de diversion des Alliés, mais d’un véritable débarquement. Le 1er août 1944, Feuchtinger est promu Generalleutnant. Six jour plus tard, le 6 août 1944, il reçoit la croix de chevalier de la Croix de fer. En janvier 1945, alors que sa division est impliquée dans des combats acharnés dans la région de Sarrelouis, Feuchtinger s’affiche volontairement en compagnie de sa maîtresse, ne cachant plus ses doutes quant à l’issue de la guerre. Il est naturellement arrêté le 5 janvier 1945, et jugé par un tribunal d’exception. Feuchtinger est alors condamné à mort pour « défaitisme », mais finira par échapper in extremis à cette sentence.

Il sera fait prisonnier jusqu’en août 1947. Dans les années cinquante, Feuchtinger sera mêlé à plusieurs affaires d’espionnage.

Commandements

  • Kommandeur de la 21e Panzer-division.

Distinctions

  • Ritterkreuz des Eisernen Kreuzes, le 06.08.1944
  • Deutsches Kreuz, en argent, le 15.07.1943
  • Eisernes Kreuz, IIe et Ière classe, 1914-1918
  • Ehrenkreuz für Frontkämpfer
  • RK II. Klasse des Kgl. Württembg. Friedrichs-Ordens, avec glaives
  • RK II. Klasse des Grossherzoglich Badischer Ordens vom Zähringer Löwen, avec glaives
  • Hamburgisches Hanseatenkreuz
  • k.u.k. Österr. Bronzene Tapferkeitsmedaille
  • Wehrmacht-Dienstauszeichnung IVe à Ière classe
  • Spange zum EK de IIe et Ière classe
  • Kriegsverdienstkreuz de IIe et Ière classe avec glaives

Sources

  • Janusz Piekalkiewicz, Weltgeschichte der Spionage, München 1988
  • Dermot Bradley, Kar-Friedrich Hildebrand, Markus Rövekamp, Die Generale des Heeres 1921 – 1945, Band 3, Osnabrück 1994
  • Helmut Roewer, Stefan Schäfer, Mathtthias Uhl, Lexikon der Geheimdienste im 20. Jahrhundert, München 2003.

***

Edgar Feuchtinger est un officier allemand, représentatif du cercle des officiers disparus de Metz.

A propos Erasmus

L'auteur est un patriote européen, attaché à la démocratie. Il condamne tous les extrémismes, qu'ils soient religieux ou politiques.
Cet article, publié dans Allemagne, armée, Europe, Metz, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.